LAPIROT Pierre, Gustave

Né le 16 août 1842 à Paris ; y demeurant, 11, rue Boulard (XIVe arr.) ; mouleur en plâtre ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Simple garde pendant le 1er Siège à la 4e compagnie de marche du 103e bataillon, Lapirot continua son service sous la Commune de Paris. Depuis le début de mars 1871, il était délégué de sa compagnie au Comité central aux séances duquel il assista régulièrement jusqu’au 18 mars. Le 2 avril, il alla à Châtillon et fut fait prisonnier le 4 « par la troupe qui, d’après lui, s’était avancée en levant la crosse en l’air ».
On ne recueillit aucun mauvais renseignement à son sujet. Il fut condamné, le 11 mars 1872, par le 17e conseil de guerre, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Le 15 août 1876, sa peine fut commuée en six ans de détention, puis remise le 20 octobre 1877 ; il rentra par le Navarin et la surveillance de la police fut levée le 22 mai 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63307, notice LAPIROT Pierre, Gustave, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/750 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément