LARMIER Joseph

Né le 12 octobre 1823 à Gendrey (Jura) ; habitant, 19, rue Berthollet, à Paris, Ve arr. ; opposant au Second Empire ; communard.

Il était marié, père de trois enfants. Il avait été condamné, le 6 mai 1870, à Paris, à un mois de prison et à 3 000 F d’amende pour infraction à la loi sur les réunions publiques ; le 11 mai 1870, à Paris, à un mois de prison pour outrage et rébellion envers les agents ; le 25 février 1871, à deux mois pour cris séditieux et « provocation à commettre un crime ».
Sous la Commune de Paris, il remplit les fonctions de sous-brigadier de police, ce qui lui valut d’être condamné par défaut, le 4 juin 1872, par la 9e Chambre, à Paris, à cinq ans de prison pour usurpation de fonctions. Le 21 juillet 1874, le 4e conseil de guerre le condamna en outre, par contumace, à vingt ans de travaux forcés, vingt ans de surveillance et 5 000 F d’amende. Il fut amnistié en 1879.
Larmier Joseph se confond vraisemblablement avec les deux précédents : Larmier et J. Larmier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63359, notice LARMIER Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/857, n° 2923 S 79. — Arch. PPo., listes de contumaces.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément