LAROCHE Louis, François

Né le 18 octobre 1848 à la Chartre-Langlois, arr. du Blanc (Indre) — vraisemblablement La Chatre-Langlin ; maçon ; communard.

Il était célibataire. Pendant la guerre contre la Prusse, il n’avait pas répondu à l’appel de la garde mobile de l’Indre dont il aurait dû faire partie. Pendant le 1er Siège il fut simple garde dans une compagnie de marche du 91e bataillon de la Garde nationale.
Sous la Commune de Paris, il aurait travaillé à la gare de Lyon jusqu’au 1er mai 1871 et serait revenu alors au 91e bataillon. Il assura le service des tranchées entre Asnières et Neuilly. Il fut fait prisonnier le 28 mai dans le XXe arr. et condamné, le 14 décembre 1871, par le 8e conseil de guerre, à la déportation simple, peine commuée le 10 juin 1872 en cinq ans de prison avec privation de ses droits civiques ; à Landerneau, venant d’Embrun (Hautes-Alpes), il avait pris part aux actes d’insubordination de mai 1875 ; depuis, seulement « quelques légères infractions à la règle du silence », écrivait le directeur, le 23 juillet 1876. Laroche obtint remise du reste de sa peine le 1er septembre 1876.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63369, notice LAROCHE Louis, François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 novembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/748.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément