LASSERON Louis, Ferdinand

Né le 4 septembre 1824 à Villeneuve (Yonne) — il existe aujourd’hui six Villeneuve dans l’Yonne ; demeurant, 11, rue du Géorama, à Paris ; communard.

Marié, père de deux enfants, il était séparé de sa femme et de ses enfants depuis vingt ans et vivait en concubinage.
Pendant le 1er Siège, il était caporal-fourrier à la 10e compagnie sédentaire du 104e bataillon de la Garde nationale et il continua son service sous la Commune de Paris. Il avait été employé à la légion chez le colonel Henri et s’était occupé de l’habillement. Lors de l’entrée des troupes il serait rentré à son domicile et y serait resté. Il fut arrêté le 9 juin 1871. C’était un « habitué des clubs ».
Il fut condamné, le 18 mai 1872, par le 20e conseil de guerre, à la déportation simple ; sa peine fut commuée le 16 janvier 1875 en dix ans de détention ; le 4 janvier 1877, à Thouars, il obtint une remise de deux ans, puis remise du reste de sa peine le 12 mars 1878. Il avait une santé déplorable. Il était atteint d’hémiplégie du côté gauche, compliquée d’un catarrhe pulmonaire avec asthme, selon un certificat médical du 6 janvier 1878 ; il mourut chez son frère, le 26 juillet 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63402, notice LASSERON Louis, Ferdinand, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/767, BB 27 et H colonies 256.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément