LAUDET Georges, Jean-Baptiste

Né le 13 janvier 1815 à Besançon (Doubs) ; ingénieur ; communard.

Marié, séparé de sa femme, il avait une fille légitime et deux fils de sa concubine. On le disait d’intelligence remarquable ; ingénieur sans avoir fait d’études régulières, il touchait une pension de la Ville de Paris comme inventeur d’une machine servant à tailler les arbres.
Sous la Commune de Paris, il fut chargé de surveiller la fabrication des projectiles ; le 3e conseil de guerre le condamna, le 4 décembre 1874, à cinq ans de travaux forcés, mais son volumineux dossier relate surtout une tragédie familiale : on dit que « son fils légitime, pris les armes à la main [...] et exécuté, fut insurgé par l’influence de son père ». Georges Laudet se justifia en un long mémoire daté du 2 novembre 1875 : son enfant légitime était une fille ; le fils que l’on avait fusillé était l’aîné de ses enfants illégitimes, né le 20 avril 1847 — certainement Laudet Georges, Gustave.
En 1876, un de ses fils écrivait à Mac-Mahon des lettres dociles jusqu’à la servilité.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63428, notice LAUDET Georges, Jean-Baptiste, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/813 et H colonies 255.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément