LAVIGNE Dominique, Abel

Né le 9 septembre 1848 à Hagetmau (Landes) ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire ; ancien soldat à l’escadron du train des équipages militaires. Le 18 mars 1871, il était en prison sous prévention de vol d’un pantalon de cheval au préjudice d’un de ses camarades. Libéré le 21 mars, il quitta Paris le 27. Mais après sa libération, il aurait fait partie de la 1re batterie d’artillerie de la XIIe légion fédérée. Il fut arrêté le 22 mai par les troupes régulières sur les hauteurs du Trocadéro (XVIe arr.). « La participation de Lavigne à l’insurrection a paru dès lors certaine au conseil de guerre ». Il fut arrêté comme déserteur, le 12 juillet 1872, à Hagetmau.
Il fut condamné, le 27 novembre 1872, par le 18e conseil de guerre, à la déportation simple, pour vol de pantalon et participation à l’insurrection, « le délit de désertion ayant été abandonné ». Un rapport fut adressé à la commission des grâces le 27 juillet 1874. Amnistié le 15 janvier 1879, il était toujours en Nouvelle-Calédonie en 1881. Employé dans les bureaux, il communiquait leurs dossiers à ses codétenus. Il publia un pamphlet en vers, « le Trombinoscope ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63545, notice LAVIGNE Dominique, Abel, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/806, n° 4604 et H colonies 87.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément