LEBRETON Édouard, Étienne

Né le 2 août 1838 à Landerneau (Finistère) ; garçon pâtissier ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Il fit de mauvaises affaires à Landerneau qu’il quitta deux ans environ avant la Commune. Engagé volontaire pour la durée de la guerre, il fit la campagne de la Loire, puis, licencié, revint auprès de sa femme à Landerneau, la quitta le 24 mars 1871 et se rendit à Paris. Le 26 mars il s’engagea dans les chasseurs de la Garde nationale, alla à Vanves et passa 48 h dans les tranchées ; il aurait déserté et serait rentré à Paris. Sans ressources, il se fit incorporer trois ou quatre jours après dans les Défenseurs de la République. Envoyé aux barricades le 23 mai, il déserta à nouveau puis se cacha. Il quitta Paris le 3 juin et fut arrêté comme vagabond à Pont-Audemer (Eure).
Il se serait adonné à la boisson. Dans une lettre saisie sur lui figurait ceci : « Dut mon sang et ma vie en être le prix, je voulais assister à l’ère nouvelle que je croyais naître en France ». Condamné le 22 novembre 1871 par le 13e conseil de guerre à la déportation simple et à la privation de ses droits civiques, il vit sa peine remise le 6 juillet 1872, avec toutefois maintien de la privation de ses droits civiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63653, notice LEBRETON Édouard, Étienne, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 25 novembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/755, n° 5697.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément