LECOMTE Arsène, Flore

Né le 7 septembre 1828 à Nandy (Seine-et-Marne) ; demeurant à Paris ; cordonnier ; communard.

Il était marié, père de deux enfants (Voir Isidore Lecomte) ; il avait subi, le 14 novembre 1854, une condamnation à 16 F d’amende pour délit de chasse, puis une autre, le 15 janvier 1861, à quinze jours de prison et 50 F d’amende pour falsification de lait.

Pendant le 1er Siège, il appartint à la 8e compagnie du 101e bataillon de la Garde nationale ; après l’armistice, il travailla du 16 mars au 13 avril 1871 chez un sieur Savard, fabricant de chaussures. Vers la mi-avril, il entra dans une compagnie de marche du même bataillon. Il passa 24 heures au fort d’Issy en avril, et, le 3 ou le 4 mai, suivit son bataillon dans les tranchées de Cachan où il resta jusqu’au 21. Il rentra le 22 mai à Paris, regagna son domicile et n’en serait plus sorti : il produisit une attestation de son propriétaire, mais son frère, blessé à une barricade, avoua qu’ils étaient ensemble à cette barricade.

Il fut condamné, le 2 mai 1872, par le 23e conseil de guerre, à dix ans de détention, peine réduite à cinq ans le 5 décembre 1872, puis remise le 24 juin 1876 avec dispense de la surveillance. Selon un rapport du directeur de Belle-Île en date du 17 juillet 1876, Lecomte était très bien noté. Sa femme, journalière, vivait à Nandy. Son fils Isidore était à la maison centrale de Landerneau (Finistère), une de ses filles était mariée à un cordonnier parisien, une autre, âgée de quatorze ans, était chez sa mère.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63764, notice LECOMTE Arsène, Flore, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 29 novembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/760.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément