LEFÈVRE Victorine, née Gorget

Née le 20 avril 1843 à Paris ; y demeurant ; blanchisseuse ; communarde, déportée en Nouvelle-Calédonie.

Célibataire, puis mariée à Nicolas Lefèvre ; sans enfant ; son mari était sculpteur ; ils demeuraient, 5, rue de Chartres (XVIIIe arr).
Après la Commune de Paris, elle fut arrêtée sur dénonciation de ses voisins : elle prenait la parole au club Saint-Michel-des Batignolles, XVIIe arr.
Le 4e conseil de guerre la condamna, le 30 mars 1872, à la déportation simple « pour excitation à la guerre civile et provocations, par discours, cris ou menaces proférés dans les lieux publics, à commettre des crimes et à rassembler des insurgés ». Embarquée en rade de l’île d’Aix le 10 août 1873 à bord de la Virginie, elle arriva à Nouméa le 8 décembre.
Le 4 janvier 1878, elle obtint la remise de sa peine et l’obligation de résidence fut levée le 11 mars 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article63913, notice LEFÈVRE Victorine, née Gorget, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 1er février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/768, n° 8345, BB 27 et H colonies 77. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément