LEGRAND Nicolas, Sévère

Né le 29 juillet 1837 à Breuvannes, arr. de Chaumont (Haute-Marne) ; architecte ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, où il mourut.

Il était marié, père de deux enfants. Fourrier, pendant le 1er Siège, dans une compagnie de volontaires dite Carabiniers Legrand, il entra, après l’armistice, au 41e bataillon de la Garde nationale. Il fut élu adjudant quelques jours après le 18 mars 1871 et, le 25 avril, nommé délégué. Fin avril, il devint colonel chef d’état-major. Il prétendait avoir été arrêté du 5 au 13 mai par ordre de Rossel, et le 22 mai, en compagnie de Piazza, par ordre du commandant Ulrich.
Il fut condamné, le 26 mars 1872, par le 4e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, peine commuée le 2 décembre 1872 en déportation simple, puis, le 7 mars 1876, en quatre ans et six mois de détention ; il mourut à la presqu’île Ducos le 8 février 1876.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64013, notice LEGRAND Nicolas, Sévère, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/769 et H colonies 88.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément