LEGROS (veuve), née Vallet Clotilde, dite femme Gandon

Née le 24 juin 1835 à Paris ; y demeurant ; piqueuse de bottines ; communarde.

Elle était mariée, mère de deux enfants. Elle vivait en concubinage avec Gandon, délégué au Comité central, dont elle avait eu deux enfants. Elle se fit remarquer pendant toute la durée de l’insurrection « par son exaltation en faveur de la Commune ». Elle fréquentait le club établi dans l’église Saint-Nicolas-des-Champs, IIIe arr., et présidé par Landeck ; on lui reprocha d’avoir fait arrêter les sieurs Laîné et Karcher, le 25 mai 1871 ; Karcher, conduit à la barricade de la rue Vaucanson (IIIe arr.), y fut fait prisonnier un quart d’heure plus tard par les troupes de Versailles et fusillé sur place.
Elle fut condamnée, le 25 mars 1872, par le 26e conseil de guerre, à cinq ans de réclusion. On dit d’elle que sa conduite à Auberive était bonne, mais qu’elle était gravement malade. La surveillance de la police fut levée le 31 octobre 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64026, notice LEGROS (veuve), née Vallet Clotilde, dite femme Gandon, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 décembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/756.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément