LEHY Léon, André, dit Hy

Né le 5 octobre 1850 à Saumur (Maine-et-Loire) ; demeurant à Paris, rue Saint-Blaise (XXe arr.) ; doreur sur bois ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il avait été condamné deux fois à six mois de prison pour coups volontaires et vol (7 octobre 1869 et 18 juin 1870), et à trois mois de prison le 13 février 1872 pour vagabondage.
Le 19 décembre 1870, il sortit de prison et s’engagea à Nantes (Loire-Inférieure) dans un régiment d’infanterie pour la durée de la guerre. Libéré le 13 mars 1871 à Toulon (Var), il revint à Paris et se fit incorporer à la 3e compagnie de marche du 159e bataillon de la Garde nationale. Il participa à la construction de barricades ; le 28 mai, il sortit de Paris, alla à Saumur, puis revint à Paris.
D’après les renseignements de police, il aurait été simple garde au 159e bataillon avec son père. Il fut condamné, le 18 mai 1872, par le 6e conseil de guerre, à la déportation simple ; il arriva à Nouméa le 5 novembre 1872. Amnistié, il rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64058, notice LEHY Léon, André, dit Hy, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 10 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/796. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément