LEMAIRE Jacques, Alexandre

Né le 20 septembre 1819 à Magny (Seine-et-Oise) — qui peut être Magny-les-Hameaux ou Magny-en-Vexin ; demeurant à Levallois-Perret (Seine) ; parqueteur ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de deux enfants. Il avait été condamné en 1843, par le 1er conseil de guerre, à trois mois de prison pour fraude chez un habitant, puis, en 1854, à Paris, à six mois de prison pour vol ; on avait recueilli sur lui « les plus mauvais renseignements » : « homme exalté, il ne cessait de menacer l’armée et de l’accabler d’outrages ; il faut, aurait-il dit, tuer tous les lignards ».
Ancien tambour au 29e régiment de ligne, il devint simple garde à la 3e compagnie sédentaire du 132e bataillon de la Garde nationale et le demeura de septembre 1870 au 23 mai 1871. Il aurait alors été malade six semaines. On l’arrêta le 23 mai avenue de Saint-Ouen.
Condamné, le 17 février 1872, par le 8e conseil de guerre, à la déportation simple, il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Il obtint la remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par la Picardie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64120, notice LEMAIRE Jacques, Alexandre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/757, n° 6000. — Arch. Min. Guerre, 8e conseil (n° 268). — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément