LENIAUD François

Né le 12 décembre 1851 à Saint-Sulpice-Laurière (Haute-Vienne) ; maçon ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait subi, avant 1870, cinq condamnations : une pour vol et quatre pour vagabondage (sans autre précision).
Engagé volontaire au 74e régiment de ligne, pour la durée de la guerre, il fut licencié à Bordeaux et vint à Paris où il s’enrôla le 19 ou le 20 mars 1871 dans les troupes fédérées (compagnie de marche du 85e ou du 270e bataillon de la Garde nationale).
Arrêté, le 28 mai, à Belleville, XXe arr., il fut condamné, le 6 février 1872, par le 12e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il arriva à Nouméa le 9 février 1873. Amnistié le 8 mai 1880, il rentra par la Creuse.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64215, notice LENIAUD François, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/848, n° 2754 et H colonies 89. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément