LEPRINCE Jean-Jacques

Né le 19 avril 1833 à Magny-les-Hameaux (Seine-et-Oise) ; blanchisseur ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Un Leprince communard, mais nous ne savons pas s’il s’agit du même.

Domicilié à Versailles (Seine-et-Oise) ; marié, sans enfant ; sa femme était également blanchisseuse ; il avait été condamné, avant 1870, à 50 F d’amende pour délit de chasse.
Il commandait, le 18 mars 1871, le poste établi, 91, chaussée du Maine, dont le chef de légion Henry avait fait son quartier général. Il arrêta ce jour-là et fit désarmer un maréchal des logis et cinq gendarmes. Après le 18 mars, il devint capitaine d’armement au 202e bataillon ; il était attaché à l’état-major du 8e secteur pour le service des réquisitions ; fin avril, il fut emprisonné au Cherche-Midi par ordre de la Commune, pour une cause inconnue ; il était signalé comme ayant participé à des séances de clubs, sans doute dans le XIVe arr.
Il prétendit avoir quitté Paris le 1er mai pour différentes communes de la Seine et de la Seine-et-Oise ; il fut arrêté le 7 octobre à Gif-sur-Yvette pour vagabondage ; relaxé de ce chef d’accusation le 18 du même mois par le tribunal correctionnel de Versailles, il fut livré à l’autorité militaire ; il bénéficia d’un non-lieu, puis fut arrêté une nouvelle fois en mars 1872, inculpé avec le colonel Henry et condamné, le 18 avril 1872, par le 19e conseil de guerre, à la déportation simple. Il arriva à Nouméa le 28 septembre 1873. La peine fut commuée, le 19 décembre 1876, en huit ans de détention, avec remise d’un an le 4 mars 1878 et du reste de la peine le 12 décembre 1878 ; il était rentré par le Tage le 9 octobre 1877.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64294, notice LEPRINCE Jean-Jacques, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 décembre 2019.
Un Leprince communard, mais nous ne savons pas s’il s’agit du même.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/751 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément