LE ROSCOET Jean-Marie, François dit Robin

Né le 1er mars 1843 à Canihuel (Côtes-du-Nord) de père inconnu ; terrassier ; ancien militaire ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Marin fédéré, il fut condamné, le 29 mars 1872, par le 3e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée, puis, à Nouméa, à quatre ans de prison pour outrage public à la pudeur ; amnistié, il rentra par le Navarin.

Il avait subi plusieurs condamnations : le 21 octobre 1863, à Nantes (Loire-Inférieure), six jours de prison pour vol ; le 18 mai 1864, trois mois de prison pour mendicité ; le 31 décembre 1866, quinze jours de prison pour vagabondage ; le 21 janvier 1867, six mois de prison pour vol et vagabondage ; le 16 novembre 1867, à Ancenis (Loire-Inférieure), treize mois de prison pour vagabondage et mendicité ; le 19 mars 1869, à Saumur (Maine-et-Loire), six mois de prison pour vagabondage, mendicité, outrages et rébellion ; le 15 novembre 1869 à Nantes, un mois de prison pour vagabondage, et le 30 mars 1870, à Toulouse (Haute-Garonne), six mois de prison pour vagabondage, mendicité et violences.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64327, notice LE ROSCOET Jean-Marie, François dit Robin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 22 novembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/835 et BB 27.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément