LIBEAUX Jean, Joseph

Par Notice complétée par Marianne Enckell

Né le 30 mars 1826 à Besançon (Doubs), mort en 1891 à Paris (ou en 1901 en Nouvelle-Calédonie) ; horloger ; communard.

Il était marié, père de deux enfants. Il participa aux campagnes d’Afrique (Algérie et Maroc) de 1844 à 1847 et à la campagne d’Italie en 1849-1850 avec le grade de sous-officier. Il habitait Paris depuis 1866.

Il fut sous-lieutenant, pendant la Commune de Paris, au 107e bataillon fédéré, et le 4e conseil de guerre le condamna par contumace à la déportation dans une enceinte fortifiée. Réfugié en Suisse, il travailla à Porrentruy comme sertisseur en horlogerie.

Il fut délégué de la section de Porrentruy, avec Joseph Verne et Gentilini, au congrès de la Fédération jurassienne de 1877 à Saint-Imier.

Il est sans doute rentré en France après l’amnistie : La Révolte du 25 juillet 1891 annonce sa mort à Paris, "un vieux lutteur et un sincère camarade". Mais il semble qu’il fut envoyé en Nouvelle-Calédonie en novembre 1890, pour vol, et qu’i y mourut le 21 août 1901.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64591, notice LIBEAUX Jean, Joseph par Notice complétée par Marianne Enckell, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 octobre 2020.

Par Notice complétée par Marianne Enckell

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/860 B. — Arch. Min. Guerre, 4e conseil (n° 990). — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. fédérales, Berne (liste des proscrits fixés dans le canton de Berne). — Guillaume, L’Internationale. — La Révolte du 25 juillet 1891. — ANOM, col H 1093, matricule 1464 (donne une date de mort erronée).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément