LIÉGEOIS Augustin

Né le 17 avril 1825 à Sin-les-Douai (Nord) — serait-ce Sin-le-Noble, arr. de Douai ? ; demeurant à Paris ; concierge et ébéniste ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Il fit du service dans l’armée, à la 8e compagnie d’ouvriers d’artillerie et en sortit brigadier d’armement en 1853 avec un certificat de bonne conduite ; depuis il était ébéniste à Paris. Il avait subi deux condamnations : quinze jours de prison et une amende en 1865 et 1866 par le tribunal de la Seine pour coups et blessures volontaires et pour injures publiques.
Pendant le 1er Siège, il entra à la 5e batterie des canonniers auxiliaires où il fut nommé brigadier d’armement ; après le licenciement de sa batterie, le 11 mars 1871, il obtint un certificat de bonne conduite. Vers le 15 avril, il accepta le grade de lieutenant en second à la 8e batterie de siège. Le 4 mai, il donna sa démission ; celle-ci fut refusée, mais il la renouvela le 5 ; il resta ensuite chez lui.
Les renseignements recueillis sur son compte n’étaient pas mauvais. Il fut condamné, le 17 octobre 1871, par le 9e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques ; puis sa peine fut commuée en trois ans de prison avec privation des droits civiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64603, notice LIÉGEOIS Augustin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 décembre 2019.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/737, n° 1167.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément