LISTRAT Louis

Né le 23 septembre 1849 à Bordeaux (Gironde) ; tailleur d’habits ; domicilié à Bordeaux 17, rue Bacalan ; gérant du premier numéro du journal La Fédération, organe de la section bordelaise de l’AIT, 16 avril-21 mai 1871 ; membre de la section de Bordeaux de l’Internationale.

Fils d’un tailleur, L. Listrat fit partie des 21 membres de l’AIT candidats aux élections municipales du 30 avril 1871 à Bordeaux — figurant sur une liste comprenant en outre 15 membres du Comité d’émancipation communale, toute la liste « adoptant dans son entier le programme de la Commune de Paris ». Voir Dargance et Pachy.
Listrat fut détenu au fort du Hâ de Bordeaux (La Tribune, 18 mai 1871).
Le 24 juin, il eut à répondre avec Dargance de différents délits politiques et, notamment, d’« embauchage de soldats ». Il fut condamné à quinze jours de prison par la cour d’assises de la Gironde le 24 juin 1871 pour excitation à la haine et au mépris du gouvernement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64667, notice LISTRAT Louis, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 janvier 2020.

SOURCES : Arch. Nat. C 2882, dossier Bordeaux. — Jacques Girault, La Commune et Bordeaux, Paris, Éditions sociales, 1971 ; réédit. Périgueux, Fanlac 2009. ― La Tribune, 18 mai 1871. ―Arch. Dép. Gironde, Cour d’assises série U vol. 1871-1872. ― Jean Cavignac, « La répression des mouvements bordelais de solidarité avec la Commune de Paris 1871 », Bulletin de l’Institut Aquitain d’Etudes Sociales, n°5, mars 1871. ― Jean Cavignac, « La Commune et Bordeaux », Répression et prisons politiques en France et en Europe au XIXe siècle, Créaphis, 1990, p. 65-77. ― Notes de Pierre-Henri Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément