LOHAY Louis, Joseph

Né à Paris le 8 mars 1830, y demeurant, 3, rue du Buisson-Saint-Louis, Xe arr. ; fabricant de porte-plume ; communard.

Il était marié, père d’un enfant (il vivait séparé de sa femme et de son enfant).
Capitaine au 24e puis au 186e bataillon fédéré, il fut nommé, le 8 mai 1871, lieutenant colonel, sous-chef de la Xe légion (Voir A. Brunel).
Par contumace, le 10e conseil de guerre le condamna à la déportation dans une enceinte fortifiée et à la dégradation civique le 5 novembre 1872. Antérieurement, il avait été condamné à quinze jours de prison à Paris, pour coups, le 11 août 1866, puis déclaré en faillite le 26 janvier 1869.
Était-il affilié à l’Internationale ? À cette question, les auteurs du rapport ont répondu par un point d’interrogation.
Il vécut réfugié à Londres et à Bruxelles et fut gracié le 24 mai 1879. Il appartint à Londres à la section fédéraliste française de 1871 puis à la « section parisienne de 1872 » (cf. Dict. t. IV, pp. 78-79).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article64688, notice LOHAY Louis, Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 29 décembre 2019.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/863, n° 5973. — Arch. Min. Guerre, 10e conseil (n° 606). — J.O. Commune, op. cit., 18 mai. — Murailles... 1871, op. cit., pp. 411 et 511. — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément