MAUBERT Raymond, Paul

Par Gilles Morin

Né le 26 octobre 1908 à Paris (VIIIe arr.), mort le 14 avril 1971 à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) ; cadre SNCF et permanent socialiste ; résistant ; conseiller municipal socialiste SFIO de Levallois-Perret en 1965.

Raymond Maubert en 1970

Fils de Désiré Julien Maubert et de Léonie Julie Agard, Raymond Maubert habitait à Paris 102 rue Mouffetard en 1939.
Cheminot, responsable du mouvement de jeunesse proche des socialistes, les Faucons rouges, Raymond Maubert participa à la réunion du Comité exécutif de L’Internationale de l’Éducation socialiste à Wandre (Belgique), selon Le Populaire, du 12 avril 1939.

Durant l’Occupation, Raymond Maubert fut l’un des artisans de la reconstruction du mouvement socialiste clandestin. L’un des fondateurs du CAS-Nord à l’automne 1940, responsable de la rive-gauche ; il fut ensuite remplacé par Gauthier de la XIIIe section. Il rallia le mouvement Libération en 1941 (les attestations disent parfois octobre 1940) et participa à la constitution du secteur parisien. Il fut très actif dans le renseignement en 1942 et en 1943 prit part au recrutement et à la constitution des formations para-militaires du Secteur-Sud de Paris. En décembre 1943, il fut désigné comme commandant d’une compagnie du 5e arrondissement (effectif 150 hommes). Il la commanda pendant les combats de la Libération dans le secteur de la place Maubert, place de la République, boulevard Voltaire, boulevard du Temple et fut nommé capitaine FFI. Il contracta alors un engagement pour la durée de la guerre (attestation de Henri Ribière, chef du Mouvement Libération Nord, du 12 août 1949). Il obtint le grade de chevalier de la Légion d’honneur par décret du 25 février 1949, au titre de sa résistance.

Secrétaire fédéral à l’organisation et trésorier de la fédération de la Seine en novembre 1944-décembre 1945, membre de la commission nationale des conflits en 1944-1945, il était employé au secrétariat général de la SFIO en août 1945 comme secrétaire administratif. Il fut ensuite délégué à la propagande en mars 1946.

Comme nombre de permanents, en cette période où le parti était au gouvernement, Raymond Maubert a été attaché au cabinet d’Édouard Depreux, ministre de l’Intérieur d’août 1946 à novembre 1947, puis attaché parlementaire du même Depreux, ministre de l’Éducation nationale en février 1948. Il occupa ensuite la fonction de secrétaire national des cheminots socialistes, qui regroupait les groupes socialistes d’entreprise de la SNCF. Il était par ailleurs membre actif de la commission nationale ouvrière de la SFIO.

Conseiller municipal socialiste SFIO de Levallois-Perret en 1965, animateur de la nouvelle fédération des Hauts-de-Seine, Raymond Maubert fut candidat socialiste au conseil général en 1970 à Levallois-Perret.

Il était marié à Germaine Lyard (1920-2011), employée d’assurances puis cadre à la Sécurité sociale, et père de trois filles : Françoise (1940), Danièle (1941), Annie (1946).

Il devait décéder après une rapide maladie, à 63 ans. Ses obsèques eurent lieu au colombarium du Père-Lachaise le 20 avril 1971.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article6500, notice MAUBERT Raymond, Paul par Gilles Morin, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 11 avril 2021.

Par Gilles Morin

Raymond Maubert en 1970

SOURCES : Arch. Nat., 72/AJ/70. — Rapports des congrès de la SFIO, 1944-1967. – Bulletin hebdomadaire fédéral de la Seine, 12 novembre 1944. — Bulletin socialiste, n° 237, 16 avril 1971. — Edouard Depreux, Souvenirs d’un militant, Fayard, op. cit. — Notes de Françoise Granet, fille ainée de Raymond Maubert, mars 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément