MAGNIER Joseph

Né le 7 mars 1826 à Bar-le-Duc (Meuse) ; demeurant à Paris, 86, rue Rébeval (XIXe arr.) ; bitumier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Ancien militaire, il avait servi dix-neuf ans dans différents régiments et avait obtenu un certificat de bonne conduite à la fin de son premier congé.
Pendant le 1er Siège, il appartint comme lieutenant à la 4e compagnie de marche du 231e bataillon de la Garde nationale. Vers le 24 mars 1871, il fut nommé capitaine à la 7e compagnie ; le 1er ou le 2 avril, il suivit le 231e bataillon aux Moulineaux. Il ne serait parti des Tuileries où il était caserné que le 23, au moment de l’incendie auquel il avait participé et serait rentré chez lui le 25 mai.
Les renseignements recueillis sur son compte n’étaient pas bons : il s’enivrait et vivait en concubinage. Il fut condamné, le 10 avril 1872, par le 9e conseil de guerre, à la peine de mort et à la privation du port des médailles d’Italie et de Crimée ; le 30 juillet 1872, sa peine fut commuée en travaux forcés à perpétuité. En déportation, il fut « rétrogradé à la 4e classe » et reçut « 50 coups de martinet pour tentative d’évasion » (18 juillet 1874), de même que François Joseph Armand Jeanne.
Amnistié le 11 juillet 1880, il rentra en métropole par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65004, notice MAGNIER Joseph, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/744, n° 3 142 et BB 27. — Henri Lavergne, La question des apaches, L’Aurore Politique, Littéraire, Sociale, quatorzième année, n° 4661, vendredi 12 avril 1910, p. 1. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément