MAINVILLE Ernest, Alexandre

Né le 28 novembre 1848 à Paris ; corroyeur ; communard ; blanquiste.

Ernest Mainville était célibataire. Engagé volontaire pour la durée de la guerre au 3e régiment de zouaves, il avait fait la campagne de la Loire. Licencié le 18 mars 1871 à Châtellerault, il vint à Paris, travailla trois jours et, le 25 mars, entra au 60e bataillon fédéré. Il avait fait partie successivement de la Légion italienne et du 160e bataillon ; il alla à Arcueil et rentra à Paris le 25 mai. Blessé à la tête, rue du Faubourg-Saint-Antoine, il perdit un œil.
Il fut condamné, le 1er février 1872, par le 14e conseil de guerre, à cinq ans de détention et à la privation des droits civiques ; le 31 juillet 1872, sa peine fut commuée en trois ans de prison avec maintien de la privation des droits civiques.
Libéré, il continua à professer des opinions révolutionnaires, soutint la candidature de Blanqui et participa à la fondation de l’Égalité. L’autorisation de résider à Paris lui fut retirée ; il s’embarqua alors pour l’Angleterre (d’après une lettre du directeur de la Sûreté générale au président du Conseil, le 22 novembre 1878).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65073, notice MAINVILLE Ernest, Alexandre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 28 septembre 2021.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/742.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément