MALHERBE Louis, Germain, Mathurin

Né le 31 juillet 1831 à Chaville (Seine-et-Oise) ; commis marbrier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de trois enfants. Il avait été condamné, le 29 janvier 1864, à 16 f d’amende pour outrages et menaces envers agents de la force publique dans l’exercice de leurs fonctions.
Pendant le 1er Siège il fut capitaine au 204e bataillon de la Garde nationale. Fin mars 1871, il donna sa démission de capitaine pour former, avec un nommé Carpentier, le 16e bataillon fédéré. Il fut nommé capitaine adjudant-major et, le 22 avril, commandant du bataillon. Il prétendait avoir été arrêté le 2 mai sous prévention d’intelligences avec le gouvernement de Versailles ; on le relâcha le 21 mai.
Il fut condamné, le 5 janvier 1872, par le 5e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques. Il arriva à Nouméa le 4 mai 1873. Le 4 janvier 1877, sa peine fut commuée en huit ans de détention et il rentra par le Tage. Le 25 mars 1878, il obtint une remise d’un an, puis remise du reste le 12 décembre 1878.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65126, notice MALHERBE Louis, Germain, Mathurin, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 11 janvier 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/739 et BB 27. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément