MALLET Pierre

Né à Jussey (Haute-Saône) le 5 février 1836, mort à Boulogne-sur-Seine (Seine) le 21 février 1898 ; peintre sur porcelaine, dit un document ; ouvrier bijoutier, selon un autre ; communard.

Il avait été condamné le 29 mai 1856, à Limoges, à six jours de prison pour coups et blessures.
Pendant le Siège, Mallet appartint au 191e bataillon de la Garde nationale. Il faisait partie du Comité central républicain des vingt arrondissements et, à ce titre, il fut un des signataires de l’Affiche rouge du 6 janvier 1871, proclamation au peuple de Paris pour dénoncer « la trahison » du gouvernement du 4 septembre et pour mettre en avant trois mots d’ordre : Réquisition générale, rationnement gratuit, attaque en masse. Elle se terminait par ces mots : « Place au Peuple ! Place à la Commune ! » Voir Ansel.

Avec Ansel, Chilmann, Debeaumont, Guyot, Pascal, Pichot, Passedouet, Pichot, Poujois et Vincent, Mallet appartint à la commission communale du XIXe arr. pendant la Commune de Paris (cf. Murailles... 1871, op. cit., pp. 242, 465). Il habitait dans cet arrondissement, 30, rue Pradier. Le 26 mars, aux élections pour la Commune, il obtint 721 voix sur 11 282 votants.
Lieutenant d’état-major, il fut un des 80 délégués de la Garde nationale tirés au sort en séance de la Commune, le 6 mai 1871, pour former le jury d’accusation contre « toute personne prévenue de complicité avec le gouvernement de Versailles ». Voir Auger.

Mallet fut condamné par contumace le 17 juillet 1874, par le 3e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il s’était réfugié à Londres où il appartenait au groupement blanquiste la « Commune révolutionnaire ». Avec les membres de ce groupe, il signa, en juin 1874, la brochure Aux Communeux, déclaration athée, communiste, révolutionnaire.
Sur sa tombe, le 23 février 1898, des discours furent prononcés par Paule Mink et Breuillé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65145, notice MALLET Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 janvier 2020.

SOURCES : Arch. PPo., B a/429 et B a/1 170 (deux dossiers traitant du même personnage d’après un rapport du 30 août 1877). — Son dossier du 3e conseil de guerre manque aux Arch. Min. Guerre (n° 1 782). — J.O. Commune, op. cit., 31 mars 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément