MARGNON André

Né le 26 janvier 1845 à Avresnes (?) (Creuse) ; demeurant à Paris, 20, rue de Chazelles prolongée (XVIIe arr.) ; maçon ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Depuis trois ans, il venait travailler à Paris pendant la belle saison et passait l’hiver avec sa femme et son enfant à Avresnes.
Pendant le 1er Siège, il fit partie du génie auxiliaire ; sous la Commune de Paris, il fit des travaux à Neuilly, à Asnières, au fort de Montrouge. À partir du 24 mai 1871, il battit en retraite et fut fait prisonnier le 28 mai à Belleville, XIXe arr.
Le maire d’Avresnes attesta qu’il avait une conduite « irréprochable ». Condamné, le 27 mars 1872, par le 17e conseil de guerre, à un an de prison et à dix ans de privation des droits civiques, il obtint remise du reste de sa peine le 18 janvier 1873, la suspension des droits civiques étant maintenue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65361, notice MARGNON André, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 18 janvier 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/765.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément