MARILLIER Pierre (ou MARELLIER ?).

Né le 10 septembre 1822 à Blanot (Côte-d’Or) ; communard.

Il était marié ; il avait subi, de 1844 à 1868, dix condamnations, dont quatre pour vol, à un mois, trois mois, six mois et un an de prison, et deux autres pour outrage à la pudeur, à deux et un mois de prison. Il était logeur.
Délégué, sous la Commune de Paris, à la mairie du IIIe arr. — où il dit avoir voulu servir l’ordre — un instant d’ailleurs arrêté, il fut condamné par contumace, le 16 avril 1872, par le 11e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée. Fixé à Bruxelles, 65, rue Aux-Laines, il est dit fabricant d’outils, puis cordonnier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65404, notice MARILLIER Pierre (ou MARELLIER ?). , version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 janvier 2020.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, 11e conseil (n° 613). — Arch. PPo., listes de contumaces, — Arch. Gén. Roy. Belgique, dossier de sûreté n° 311473 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément