MARSPOIL Pierre

Né le 16 mai 1847 à Paris ; tourneur sur bois ; domicilié à Paris (VIIe arr.), 41, rue Saint-Dominique Saint-Germain ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Enfant naturel, Pierre Marspoil était célibataire. Il s’engagea pendant le Siège de Paris dans la 6e compagnie du 41e bataillon de la Garde nationale, puis il passa à la fin du mois de mars 1871 dans la 1ère compagnie de marche qu’il suivit pendant toute la Commune. Le 21 mai, il était au Bastion 77, le 22 au couvent Marie-Thérèse, rue d’Enfer, le 23 rue Basfroi et le lendemain à la mairie du XIe et il fut arrêté à Belleville le 28 mai.
Il fut condamné, le 31 janvier 1872, par le 7e conseil de guerre, à la déportation simple. Il fut détenu à Quélern (Finistère) et arriva à Nouméa le 2 novembre 1872 par la Guerrière. Sa peine fut commuée en sept ans de détention (1877), puis remise (1878). Il rentra la même année par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65487, notice MARSPOIL Pierre, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 15 novembre 2021.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, GR 8 J 245 (236). — Arch. Paris, D2R4 65. — Arch. Nat., BB 27. — ANOM, COL H 91. — Notes de Louis Bretonnière et P.-H. Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément