MARTY Louis, Adolphe

Né à Paris le 8 février 1830 ; y demeurant, 146, rue Oberkampf, XIe arr. ; bijoutier ; communard.

Il était marié, père de deux enfants. Il appartint au Comité de la rue Oberkampf, 56 bis, Paris, XIe arr., constitué en vue des élections du 26 mars 1871 à la Commune de Paris et fusionné dans le Comité central électoral, républicain, démocrate socialiste de l’arr. (cf. Murailles... 1871, op. cit., pp. 84-85). Voir Capellaro. Marty fit partie sous la Commune de la commission municipale du XIe arr. et servit comme capitaine au 29e bataillon fédéré.
Le 3e conseil de guerre le condamna par contumace, le 21 juillet 1873, aux travaux forcés à perpétuité ; il n’avait pas d’antécédents judiciaires. Réfugié à Londres, il obtint la remise de sa peine le 16 décembre 1879.

Sa signature était accompagnée des trois points maçonniques — Voir E. Thirifocq.
Est-ce lui qui, de Londres, en octobre 1879, adressa, avec un groupe de Communards exilés, ses encouragements aux participants du congrès ouvrier socialiste de Marseille ? (Cf. c. rendu du congrès, pp. 378-386).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65644, notice MARTY Louis, Adolphe, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/858, n° 3085 S 79. — Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 1020). — Arch. PPo., listes de contumaces. — J.O. Commune, op. cit., 5 avril 1871, et Murailles... 1871, op. cit., p. 207.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément