MARZAL Joseph, Marie

Par Jean-Claude Farcy

Né le 19 avril 1843 à Château-Gontier (Mayenne) ; menuisier ; communard.

Compromis dans l’insurrection de 1871 (mais son dossier, sorti le 22 juin 1895, manque aux Arch. Nat., BB 24/736).
Fils de Joseph, Yves Marzal et de Jeanne Ferré, domicilié 2 rue Basfroi dans le quartier de La Roquette, Joseph Marzal fut garde national au bataillon n°211 puis agent de police sous la Commune.
Arrêté le 11 juin 1871, il fut condamné par le 8e conseil de guerre (Saint-Germain-en-Laye) le 11 novembre 1871 à 5 ans de prison pour s’être immiscé dans la fonction publique d’agent de police. Son pourvoi en en révision fut rejeté le le 30 novembre 1871 et son pourvoi en cassation fut rejeté le le 28 décembre 1871. Il accomplit sa peine à Belle-Ile jusqu’en novembre 1872 puis à Landerneau. Il fut libéré le 11 mai 1874 suite à une remise de peine datant du 19 mars 1874.
A Landerneau, il fut accusé de nombreuses "fautes" et encourut des "punitions". On l’accusa d’avoir envoyé une lettre à l’Internationale. Il aurait fomenté une scène de "désordre". Mais sa conduite se serait "assagie" en 1874 face à l’hypothèse d’une libération.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65650, notice MARZAL Joseph, Marie par Jean-Claude Farcy, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 5 janvier 2020.

Par Jean-Claude Farcy

SOURCES : Jean-Claude Farcy, Base de données sur la répression judiciaire de la Commune de Paris. — SHD : registres en 8 J 288, 516, 547, et 9 J 1173, dossier en 8 J 256. — Arch. Nat., dossier de grâce, BB/24/736. — Arch. Dép. Morbihan, écrou n° 1295 de Belle-Ile en 2 Y 226. — Arch. Dép. Finistère, écrou n°14 de Landerneau en 2 5 23 avec dossier en 2 Y 31.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément