MASSET Théophile

Né le 2 décembre 1853 à Paris ; y demeurant 3, rue Saint-Yves (XIVe arr.) ; maçon ; communard.

Il était célibataire. Pendant le 1er Siège, il était employé comme maçon dans le génie auxiliaire et s’engagea, le 20 mars 1871, dans la 2e compagnie de marche du 146e bataillon fédéré. Ce bataillon alla à Issy, où il demeura trois jours, puis la compagnie de Masset alla au couvent des Oiseaux, et enfin au fort de Vanves faire du service intérieur. Rentré à Paris, le 17 mai, par la porte de Vanves, Masset fut arrêté à Belleville, XIXe arr., le 28 mai et incarcéré à Rochefort.
Les renseignements recueillis sur son compte étaient bons. Il fut condamné, le 23 février 1872, par le 9e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques ; le 8 octobre 1872, sa peine fut commuée en cinq ans de prison avec privation des droits civiques. Il arriva à Landerneau (Finistère) le 11 juin 1873 ; il y eut une très mauvaise conduite et fut transféré au quartier cellulaire de Clairvaux (Aube), en mai 1875. Réintégré à Landerneau, il ne commit que quelques infractions à la règle du silence (rapport de juillet 1876).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65691, notice MASSET Théophile, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 17 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/758. — Louis Bretonnière, Roger Pérenès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, Université Inter-Ages, 1995. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément