MASSON Martin

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 10 novembre 1842 à Guichen (Ille-et-Vilaine), mort en 1903 à Paris ; demeurant à Paris, 123, rue de Charonne (XIe arr.) ; ajusteur-mécanicien ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Martin Masson s’était marié à Rennes avec Marie-Ange Larsonneur, sans enfant au moment de la Commune. Il avait été condamné le 6 octobre 1859, par le tribunal correctionnel de Redon (Ille-et-Vilaine), à six jours de prison pour tapage dans une église. On avait sur sa conduite les renseignements les plus mauvais, ce qui signifie sans doute qu’il avait de vives sympathies pour la Commune.
Pendant toute l’insurrection, il fut employé à l’atelier de l’École militaire où l’on fabriquait les mitrailleuses, fusées, bombes, etc... Sa femme était aussi exaltée que lui, sinon plus ; ils allaient ensemble dans les clubs ; sa femme avait été arrêtée à la suite de la journée révolutionnaire du 31 octobre 1870 pour avoir promené un drapeau rouge dans les rues et elle fut poursuivie après la Commune pour avoir participé à l’insurrection. On ignore la part prise par eux à la lutte du 21 au 28 mai 1871. Marie-Ange fut arrêtée mais mais obtint un non lieu faute de preuve.
Marton Masson fut condamné, le 27 octobre 1871, par le 5e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques ; déporté, il fut autorisé à habiter à Nouméa puis fut réintégré, le 29 janvier 1875, à l’île des Pins pour inconduite. Il est dit de caractère insoumis et exalté, de moralité passable, il s’était mis à boire. Sa femme vint le rejoindre en 1873.

le 15 janvier 1879, il obtint remise de sa peine et rentra par le Picardie.
avec Angèle Larsonneur. Le couple avait eut à Nouméa deux filles jumelles le 11 octobre 1878. Toute la famille arriva à Port-Vendres le 7 septembre 1879.
Ils vécurent à Paris sans se faire remarquer, semble-t-il. Angèle mourut le 16 novembre 1895 à l’hôpital de Ménilmontant (actuel hôpital Tenon) et Martin Masson, de même, en 1903.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65723, notice MASSON Martin par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 8 mai 2022.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/752. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Archives départementales de Nouvelle Calédonie et également par l’intermédiaire du Cercle breton de Nouméa (note de Decreus). — Patrick Decreus, Nadine Le Dily, "Angèle Larsonneur et Martin Masson. Un couple breton dans la Commune", La Commune, n° 90, 2e trimestre 2022.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément