MATHEY Aimé, Henri (ou MATTHEY ?)

Né 31 décembre 1825 à Paris ; mort le 19 septembre 1913 à Brévannes ; ouvrier bijoutier ; communard.

Henri Mathey était marié, père de deux enfants.
En 1871, il était commandant en second au fort de Vanves, puis fut, comme délégué adjoint à la 5e compagnie du 117e bataillon de la Garde nationale, quelques jours commissaire de police dans le IXe arr.
Il fut condamné par contumace, le 18 septembre 1872, par le 5e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée.
Il était en fuite, réfugié dans le canton de Genève. Il fut un des signataires de la brochure publiée à Genève chez Alavoine en 1880 : Les Proscrits français et leurs calomniateurs.


Il fut admis le 21 mai 1895 à l’hospice de Brévannes (Limeil-Brévannes, Seine-et-Oise).
En septembre 1909, Descaves s’y rendit pour lui rendre visite. Mathey, alors dans sa 83e année, accepta de lui parler et Descaves s’inspira fortement de son récit pour brosser le portrait de Colomès dans Philémon, vieux de la vieille.

Il se confond avec Henri Mathey.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65752, notice MATHEY Aimé, Henri (ou MATTHEY ?), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/861. — Arch. Min. Guerre, 5e conseil. — Arch. PPo., listes de contumaces. — Arch. fédérales Berne, Flüchtlinge, carton 53. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément