MATHIEU Théodore

Né vers 1835 à Paris ; y demeurant ; teneur de livres ; communard.

Il était veuf, sans enfant. Il avait servi quatorze ans dans l’armée.
Pendant le 1er Siège, il était capitaine à la 4e compagnie de marche du 128e bataillon de la Garde nationale et il continua son service après le 18 mars 1871 ; le 9 avril, il fut nommé commandant à l’élection et, le 14, conduisit son bataillon au fort d’Issy, à Montrouge, puis à la Grange-Ory. Blessé le 21 avril en allant reconnaître l’état d’une tranchée, il fut soigné à l’ambulance d’Arcueil-Cachan, puis à l’hôpital du Val de-Grâce où il fut arrêté.
Les renseignements recueillis sur son compte étaient bons. Il fut condamné, le 2 mars 1872, par le 4e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65781, notice MATHIEU Théodore, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 février 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/758.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément