MATIFAS Adolphe, Léonor

Né le 16 octobre 1820 à Amiens (Somme) ; demeurant à Paris, 88, rue de la Tombe-Issoire (XIVe arr.) ; cambreur ; communard.

Fils d’un charcutier, Adolphe Matifas était marié, père de six enfants. Il fit un congé, de 1840 à 1847, dans le 14e régiment léger comme engagé volontaire, puis fut cassé du grade de sergent et libéré sans certificat. Il avait été condamné, le 18 septembre 1857, à 30 F d’amende pour vol de récoltes sur pied, puis, le 11 février 1860, à six jours de prison pour coups volontaires.
Pendant le 1er Siège, il était lieutenant en second à la 8e compagnie sédentaire du 146e bataillon de la Garde nationale et il continua son service sous la Commune de Paris avec le grade de capitaine dans la 1ère puis la 8e compagnie, qu’il obtint à partir d’avril 1871. Il déclara que c’était « pour augmenter la solde ». Se qualifiant « d’homme d’ordre, opposé à la politique de la Commune », il n’aurait fait qu’un service intérieur à la mairie de l’arrondissement, rue Boulard, rue Saint-Yves et à la gare de Sceaux. Il aurait quitté son bataillon le 18 mai et se serait caché chez son frère. Il fut recherché mais ne fut arrêté que le 13 août 1873 et détenu à la prison des Chantiers à Versailles. Selon un rapport du commissaire de police, « il était dévoué à la Commune ».
Il fut condamné, le 26 août 1873, par le 4e conseil de guerre, à cinq ans de bannissement ; le 26 novembre 1873, il obtint la remise du reste de sa peine, mais la privation des droits civiques fut maintenue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65783, notice MATIFAS Adolphe, Léonor, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 9 mai 2022.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/794. — Arch. Min . Guerre GR 8 J 146 (1237). — Notes de P.-H. Zaidman.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément