MAYER Michel

Né le 24 février 1831 à Strasbourg (Bas-Rhin) ; mort le 11 février 1902 ; ancien officier ; percepteur ; colonel et membre du Comité central de la Garde nationale sous la Commune de Paris.

Un service militaire de onze ans (1849-1860) l’envoya en Afrique, en Crimée et en Italie ; il y gagna à vingt-trois ans la Légion d’honneur, les médailles de Crimée et d’Italie et une place de percepteur dans l’arr. de Château-Thierry.

En août 1870, il dut organiser le bataillon de la Garde nationale à Condé-en-Brie (Aisne), et en prendre la tête ; le 6 septembre, il revint à Paris et se mit à la disposition du gouvernement ; nommé capitaine adjudant-major au 229e bataillon, il remplit, en janvier 1871, les fonctions de colonel du 59e régiment. Puis son rôle se précisa : le 15 février, il comptait parmi les membres de la commission chargée d’élaborer les statuts du Comité central de la Garde nationale. En mars, il occupa la mairie du IXe arr. et tint à l’amiral Saisset des propos violents : « Eh bien ! amiral, si c’est comme cela, la guerre civile tout de suite ! »
Absent de Paris le 18 mars, il était de retour le 21. Le 27, il signa à la réunion du Comité central, « colonel chargé de l’organisation des légions » ; et le 17 avril, en effet, il présenta au Comité un plan de réorganisation. Mais il devint suspect à la Commune et, le 5 mai, fut arrêté sous l’inculpation de complot ; il fut libéré le 18, et le 22 on le trouvait à la mairie du Ier arr. Les soldats de Versailles l’arrêtèrent et il fut traduit devant le 23e conseil de guerre, mais il réussit à s’échapper.
Il sollicita un sursis, de Spa (Belgique) où il soignait une deuxième attaque de paralysie ; mais il ne se présenta pas, comme promis, devant le 17e conseil, et le 3e le dépouilla de ses décorations et le condamna par contumace, le 18 juin 1873, à la peine de mort. Il fut amnistié le 5 juin 1879. Il avait opté pour la nationalité française le 24 avril 1872. En 1873, il avait publié à Spa une Histoire d’une République sans républicains, 614 p.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65881, notice MAYER Michel, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCES : Arch. Min. Guerre, 3e conseil (n° 943). — Arch. PPo., E a/103-4. — J.O. Commune, op. cit., 27 avril et 5 mai 1871. — Enquête parlementaire, op. cit., « Comité Central », p. 482. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément