MAZILLE Eugène, Victor

Né le 3 mai 1846 à Chartres (Eure-et-Loir) ; jardinier-fleuriste ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était célibataire. Il avait été condamné, le 22 décembre 1868, à Lyon (Rhône), à huit jours de prison pour filouterie et vagabondage ; le 12 janvier 1869, à Orange (Vaucluse), à un mois de prison pour outrages ; le 26 octobre 1869, à Paris, à trois mois de prison pour vagabondage et mendicité ; le 1er avril 1870, à Corbeil (dans la Marne ? ou Corbeil-Essones en Seine-et-Oise ?) à trois mois de prison pour vol ; et le 1er septembre 1870, à Montpellier (Hérault), à six mois de prison et à cinq ans de surveillance pour vagabondage.
Mis en liberté le 1er mars 1871, il arriva à Paris le 15 avril. Incorporé au 268e bataillon fédéré, Mazille fut pris le 1er mai dans les tranchées d’Issy les armes à la main et incarcéré à Rochefort.
Condamné, le 15 janvier 1872, par le 17e conseil de guerre, à la déportation simple pour faits insurrectionnels, il arriva à Nouméa le 25 septembre 1872. Il fut amnistié et rentra par le Navarin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65903, notice MAZILLE Eugène, Victor, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 22 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/835, n° 2342. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Louis Bretonnière, Roger Pérenès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, Université Inter-Ages, 1995. — Notes de M. Cordillot et de L. Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément