MÉNAND Anne-Marie, Josèphe (ou MENANS, MENAN Marie, Louise ?)

Née le 9 juin 1837 à Saint-Séglin (Ille-et-Vilaine) ; participante à la Commune de Paris, déportée en Guyane.

Demeurant à Paris ; célibataire. Elle se disait cuisinière, mais avoua avoir quitté sa dernière place en 1867 ; elle s’était mise à vendre des journaux dans les kiosques de la rue Royale et de la place de la Madeleine. Le 22 décembre 1870 elle fut condamnée à six jours de prison par le tribunal correctionnel de la Seine pour complicité de vol. En octobre 1870 elle vint habiter Vincennes (Seine), où elle vendait de l’eau-de-vie aux soldats. Après l’armistice, elle se rendit souvent dans des endroits occupés par des Prussiens « pour se livrer à la prostitution », le commerce de marchande d’eau-de-vie n’étant qu’un prétexte. Elle prétendit être revenue habiter Paris, 104, rue du Faubourg-Saint-Honoré (VIIIe arr.), quelques jours après la proclamation de la Commune et avoir travaillé chez sa belle-sœur qui tenait une cantine avenue de Wagram. Elle prit plusieurs fois la parole au club de l’église Saint-Eustache, Ier arr. — Voir Brossut et Joséphine Dulimbert — et elle aurait soigné des blessés les 22 et 23 mai 1871.
Arrêtée le 24, rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), sous l’inculpation d’avoir participé aux incendies des maisons de la rue Royale (VIIIe arr.) puis relâchée, elle fut arrêtée à nouveau. « Aucun témoin n’a vu la femme Ménand mettre le feu » reconnut-on mais « il résulte suffisamment » etc... et bien que la femme Menand niât, elle fut condamnée à la peine de mort le 16 avril 1872 par le 4e conseil de guerre ; elle vit sa peine commuée en travaux forcés à perpétuité le 24 juillet 1872 et fut envoyée à la Guyane.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65970, notice MÉNAND Anne-Marie, Josèphe (ou MENANS, MENAN Marie, Louise ?), version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 30 juin 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/744. — Dommanget, Hommes et choses de la Commune, p. 71. — Fontoulieu, Les Églises de Paris sous la Commune, op. cit. — E. Thomas, Les « Pétroleuses », op. cit. — Michel Cordillot (coord.), La Commune de Paris 1871. L’événement, les acteurs, les lieux, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, janvier 2021.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément