MENEREUL Léopold, Jean, Marie, Dominique

Né le 16 août 1836 à Quimper (Finistère) ; demeurant à Clichy-la-Garenne (Seine), rue de Paris ; commis (ou employé de commerce) ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie.

Il était marié, père de deux enfants.
Ancien militaire et ancien sergent de ville, il servit, pendant le 1er Siège, comme simple garde à la 6e compagnie sédentaire du 34e bataillon (Clichy) ; vers le 15 avril 1871, il fut nommé adjudant-sous-officier, mais soutint n’avoir conservé ce grade que deux jours et n’en avoir jamais exercé les fonctions. Délégué de compagnie au 34e bataillon, il s’était installé au commissariat de police de Clichy. Vers le 20 avril, arrêté à la suite d’une discussion avec d’autres délégués, il fut libéré le surlendemain ; à partir de ce moment, il fut rayé des contrôles du bataillon. Il entra alors dans une batterie d’artillerie (d’après la police), mais Menereul nia le fait. Arrêté, dit-il, le 22 mai par des fédérés, il fut conduit au bastion 43.
Le lendemain, il fut fait prisonnier et condamné, le 16 avril 1872, par le 24e conseil de guerre, à la déportation dans une enceinte fortifiée ; il arriva à Nouméa le 4 mai 1873, puis obtint remise de sa peine le 15 janvier 1879 et rentra par la Picardie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article65982, notice MENEREUL Léopold, Jean, Marie, Dominique, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 24 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/767. — Arch. PPo., listes d’amnistiés. — Note de Louis Bretonnière.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément