MESLIN Adolphe, Frédéric

Né le 23 janvier 1846 à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) ; demeurant à Paris, rue Servan (XIe arr.) ; ciseleur ; marin communard.

Il était célibataire. Ancien quartier-maître de la flotte, il s’était réengagé pour la durée de la guerre contre la Prusse et fut décoré de la médaille militaire lors de la défense du plateau d’Avron.
Libéré en mars 1871, il se mit au service de la Commune de Paris dès qu’elle fit appel à d’anciens marins. Maître canonnier sur la canonnière La Liberté (ex-Farcy), il fit trois sorties, et fut cité à l’ordre du jour le 4 mai. La Liberté ayant été désarmée le 14, on l’envoya peu après au bastion 73 où il resta deux jours.

Il affirmait n’avoir jamais subi de condamnations et avait de très bons certificats de service. Il fut condamné, le 31 octobre 1871, par le 5e conseil de guerre, à la déportation simple, au retrait de la médaille militaire et à la privation des droits civiques. Détenu un temps à l’île d’Oléron, il fut noté pour son indiscipline, en septembre 1872. Sa peine fut néanmoins commuée, le 9 octobre suivant, en dix ans de bannissement, puis remise le 29 mars 1879.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66086, notice MESLIN Adolphe, Frédéric, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 26 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/758 et /770 (île d’Oléron, 14 septembre 1872).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément