MICHON Louis, Léonard

Né le 7 avril 1833 à Charolles (Saône-et-Loire) ; mort en déportation le 29 avril 1879 à l’hôpital de l’Île des Pins (Nouvelle Calédonie) ; compositeur-typographe ; communard.

Fils de Jean Marie Michon, Louis Michon était compositeur typographe. Marié, père d’un enfant, il habitait à Paris, 204, rue du Faubourg-Saint-Martin (Xe arr.). Il avait subi avant 1870 quatre condamnations, dont une à un an de prison pour coups et blessures sur son père légitime.
Pendant la guerre contre la Prusse, Michon s’engagea dans le 1er régiment des Éclaireurs de la Seine. Libéré au Havre le 6 mars 1871, il fut incorporé le 2 avril à la 1re compagnie de marche du 175e bataillon fédéré ; le 20 avril, il se trouvait à Issy et fut blessé ; il n’avait fait aucun service, dit-il. Après son arrestation, il fut incarcéré à Rochefort.
Condamné le 18 mars 1872, par le 19e conseil de guerre, à la déportation simple. En 1876, il est noté sur son registre d’écrou "Fait partie de la bande des "Purs"." Il eut sa peine commuée, le 27 novembre 1879, en cinq ans de bannissement ; mais il était mort le 29 avril 1879 à l’hôpital de l’Île des Pins.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66236, notice MICHON Louis, Léonard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 20 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/767 et H colonies 91. — Arch. Min. Guerre, 19e conseil (n° 265). — Louis Bretonnière, Roger Pérrenès, L’Internement des prévenus de la Commune à Rochefort, Nantes, Université Inter-Ages, 1995. — Notes de M. Cordillot. - ANOM registre d’écrou H3363 [en ligne].

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément