MILLIÈRE Frédéric, Ferdinand, François, Eugène, Germain, dit Maigro

Né le 20 mai 1831 (ou 1833 ?) à Semur-en-Auxois (Côte-d’Or) ; commerçant ; colonel et chef de légion sous la Commune de Paris.

Il est dit « marchand de fournitures pour laiteries » et son frère courtier en vins. En 1861, il fut condamné à 50 f d’amende dans la Seine pour coups ; en 1867, le 20 août, il y était déclaré en faillite.

Son brevet de capitaine fut signé par Clément Thomas le 15 septembre 1870 ; le 18 mars 1871, il était à la tête du 166e bataillon et occupa la place Vendôme (Ier arr.) ; il s’y retrouva le 22, lorsqu’il s’agit de disperser la manifestation des « amis de l’ordre ». Le 4 avril, il fit distribuer des armes aux compagnies de marche ; le 24, il donna des drapeaux rouges à sa XVIIIe légion. Membre de la Commission exécutive, il signa la proclamation révolutionnaire à la province.

Il s’enfuit en mai à Londres où il s’établit marchand de vins en 1874 ; « il ne fait pas parler de lui », bien qu’inscrit au groupe des Indépendants. Le 14e conseil de guerre le condamna par contumace, le 30 juillet 1872, à la peine de mort ; malgré cela, il revint peut-être, clandestinement, en France sous le nom de Maigro en 1874. Il fut amnistié en 1879. Est-ce lui qui, de Londres, en octobre de cette même année, adressa, avec un groupe de Communards exilés, ses encouragements aux participants du congrès ouvrier socialiste de Marseille (cf. c. rendu du congrès, pp. 378-386) ?
En 1882, revenu en France, il fut arrêté, malgré l’amnistie, sur dénonciation d’un débiteur, puis relâché quelques heures plus tard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66320, notice MILLIÈRE Frédéric, Ferdinand, François, Eugène, Germain, dit Maigro, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 4 février 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/866. — Arch. PPo., E a/104-1.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément