MONDET Gustave, Irénée [Version DBMOF]

Né le 25 mars 1839 à Rouen (Seine-Inférieure), y demeurant, 1, rue des Prés ; typographe ; adhérent de l’AIT ; sympathisant de la Commune de Paris.

Il était membre de la Fédération ouvrière rouennaise de l’Association Internationale des Travailleurs en 1870-1871. Voir E. Vaughan.

Mondet fut condamné par contumace, le 15 novembre 1871, par la cour d’assises de la Seine-Inférieure, à six mois de prison, 50 f d’amende et, solidairement, aux dépens et frais de procès pour avoir assisté le 24 avril à une réunion non déclarée en faveur de la Commune de Paris. Voir Cord’homme.

Mondet se réfugia en Belgique en novembre 1871. En août 1872, il contribua à la constitution d’une société destinée à venir en aide aux réfugiés dans le besoin. Très assidu aux réunions de l’Internationale, section bruxelloise, il était considéré par la police comme « bon travailleur et ouvrier intelligent ».

En mai 1888, Mondet fut signalé comme ayant participé, à Lille, à la manifestation de sympathie organisée en faveur du général Boulanger. Il quitta définitivement la Belgique en 1898.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66478, notice MONDET Gustave, Irénée [Version DBMOF], version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 13 janvier 2021.

SOURCES : Association Internationale des Travailleurs. Section rouennaise. De son rôle dans les circonstances actuelles. (cf. Aumont) et Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, rapport du préfet. — Arch. Gén. Roy. Belgique, n° 247153 (en 1880). — F. Sartorius, J.-L. De Paepe, Les Communards en exil. État de la proscription communaliste à Bruxelles et dans les faubourgs, Bruxelles, 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément