MONY Alfred

Né le 6 septembre 1830 à Bourg-la-Reine (Seine) ; demeurant à Paris ; tourneur sur cuivre ; communard.

Il était marié, père d’un enfant. Pendant le 1er Siège, il s’engagea dans les Guérillas de l’Île-de-France. Désarmé dans le courant de mars 1871, il ne fit plus aucun service jusqu’au 1er avril, puis entra dans un bataillon des Défenseurs de la République, ou Turcos de la Commune ; il accepta par la suite le grade de caporal. Il se réfugia chez lui le 24 mai et ne prit plus part à la lutte. On l’arrêta le 7 juin à Bourg-la-Reine.
Son casier était détruit et il affirmait n’avoir jamais été condamné. Les renseignements recueillis sur lui n’étaient pas bons (selon la police) ; il avait quitté sa femme depuis plusieurs années, et était signalé comme ayant des « opinions socialistes exaltées ». Il fut condamné, le 27 janvier 1872, par le 8e conseil de guerre, à la déportation simple, peine commuée le 2 août 1872 en cinq ans de détention ; il était bien noté à Thouars (Deux-Sèvres) en août 1876 : « On ne s’explique guère qu’avec sa placidité de caractère, cet homme ait pris part au mouvement insurrectionnel ». Il obtint remise du reste de la détention le 19 octobre 1876.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66606, notice MONY Alfred, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 11 mars 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/758.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément