MOREAU Léonard

Né le 9 janvier 1845 à Château-Chinon (Nièvre) ; maçon ; communard.

Il était célibataire. Garde mobile, pendant la guerre, au 17e bataillon de la Seine, Moreau appartint, du 22 mars au 22 mai 1871, à la 3e compagnie de marche du 132e bataillon de la Garde nationale en qualité de caporal. Il ne quitta pas les avant-postes pendant toute la durée de la Commune (Asnières, Levallois-Perret). Le 22 mai, il se battit à Levallois-Perret, puis se cacha chez lui.
Les renseignements recueillis sur sa conduite et sa moralité étaient mauvais, selon le commissaire de police de Levallois-Perret, mais il n’avait pas d’antécédents judiciaires. Il fut condamné, le 11 décembre 1871, par le 13e conseil de guerre, à la déportation simple et à la privation des droits civiques : peine commuée le 10 juillet 1872 en cinq ans de prison avec privation des droits civiques. Moreau arriva à Landerneau (Finistère) le 16 mai 1875 et prit part à des désordres fin mai et en juillet. Il eut ensuite une conduite « des plus satisfaisantes » (rapport du directeur, 17 novembre 1876).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66663, notice MOREAU Léonard, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 mars 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/744 ; n° 3412.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément