MOREAU Louis-Albert

Ouvrier bourrelier ; militant de l’Internationale ; communard.

Ancien combattant de la Commune de Paris, délégué du 91e bataillon fédéré, il parvint à gagner Londres au lendemain de la Semaine sanglante.
Membre de la section fédéraliste française de 1871 de l’AIT, il se disait ex-secrétaire correspondant de la section des Batignolles.
Franc-maçon, il fut affilié à la loge révolutionnaire « la Fédération » fondée par Vésinier et Landeck en mai 1872.
Il y a vraisemblablement identité avec Louis Moreau.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66665, notice MOREAU Louis-Albert, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 12 mars 2020.

SOURCE : André Combes, « Les Philadelphes et autres loges de Communards... ", Chroniques d’histoire maçonnique n° 35, 1985. — Notes de M. Cordillot.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément