MORSCHEL Jean, Frédéric

Né le 26 avril 1837 à Riquewihr (Haut-Rhin) ; demeurant à Paris ; cordonnier ; communard, déporté en Nouvelle-Calédonie, où il mourut.

Il était marié, père de deux enfants. Il avait servi quatorze ans dans l’armée.
Pendant le 1er Siège, il fit partie du génie auxiliaire ; après l’armistice, il travailla jusqu’au 5 avril 1871, et vers le 10, entra au 125e bataillon fédéré, d’abord comme simple garde à la 8e compagnie sédentaire, puis comme clairon à la 3e compagnie de marche. Le 2 mai, il se trouvait à Issy et y resta cinq jours, puis, le 19 mai, il alla à Gentilly où il passa quatre jours. On l’arrêta chez lui le 6 juillet.
Les témoignages recueillis sur lui étaient contradictoires. Il fut condamné, le 23 avril 1872, par le 15e conseil de guerre, à la déportation simple, et mourut le 6 février 1875 à l’hôpital de Numbo, presqu’île Ducos.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66779, notice MORSCHEL Jean, Frédéric, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 14 mars 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/758 et H colonies 93.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément