MOULLÉ Ernest [MOULLÉ Jean, Ernest]

Par Jean-Louis Robert

Né à Paris le 15 décembre 1835 ; membre, sous la Commune de Paris, de la commission d’initiative et des travaux publics ; on le dit, au 15 mai 1871, « délégué administratif de la Commune de Paris au Museum d’histoire naturelle ».

Commerçant (il signera ensuite différents textes, comme rentier ou propriétaire), proche du courant fédéraliste, il signe le programme abstentionniste en mai 1869 (avec Longuet et Chemalé). Il écrit également dans l’Almanach du socialisme fédératif pour 1869, Paris, 32 pages.
Engagé aussi dans le mouvement républicain, il tient la permanence, à son domicile 65 rue de Saintonge, du comité de secours aux familles des 7, 8 et 9 février (victimes du mouvement des barricades à Belleville et Faubourg du Temple, lié à l’arrestation de Rochefort) de mars à juin 1870 (Le Rappel 1er mars et 13 juin 1870).
Il publie en septembre 1870 un court et vif placard, Les mouches du coche, où il dénonce les fauteurs de guerre.

Pendant la Commune, il est nommé membre de la sous-commission d’initiative de la commission du travail et de l’échange (JO, 5 avril 1871) ; puis il est nommé par Vaillant délégué au muséum d’histoire naturelle le 4 mai. Le 8 mai, il appelle les citoyens à prêter aide aux gardiens ordinaires de l’établissement et écrit « Un peuple libre sait respecter et faire respecter ce qui appartient à tous. » (JO, 9 mai)
Toutefois sa décision, le 17 mai, de réserver l’ouverture des galeries d’anatomie et d’anthropologie aux seuls étudiants, artistes et savants ou personnes autorisées (JO, 18 mai), lui valut une sévère semonce publique de Vaillant dénonçant une mesure faisant « de la visite des collections un privilège. » (JO, 19 mai)

Exilé à Florence, il signe en 1872, la préface et la traduction de l’Italien du livre du général J. Ulloa, Du caractère belliqueux des Français et des causes de leurs derniers désastres, Paris, Fischbacher, 1872.
Resté ensuite en Italie, installé à Gênes, il soutient encore les grévistes du Nord, en mars 1884 (La Justice, 28 mars 1884) et la candidature d’Édouard Jacques contre Boulanger en janvier 1889 (La Justice, 24 janvier 1889).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66836, notice MOULLÉ Ernest [MOULLÉ Jean, Ernest] par Jean-Louis Robert, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 16 mars 2020.

Par Jean-Louis Robert

SOURCES : Arch. PPo., listes de contumaces. — Murailles... 1871, op. cit., p. 512.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément