MYARD Henri

Né à Tramayes (Saône-et-Loire) le 26 décembre 1825 ; ancien zouave ; tailleur de pierre ; garde au 103e bataillon fédéré ; membre de l’Association Internationale des Travailleurs ; secrétaire, en 1870-1871, de la section de Montrouge — cf. Dict., t. IV, p. 59 — qui tenait ses réunions hebdomadaires dans le XVe arr., 110, rue de la Procession ; communard, probablement exécuté pendant la Semaine sanglante.

Son dernier domicile connu avant 1871 était, passage Saint-Victor, à Paris. Il était célibataire, père de deux enfants « d’une concubine ».
Avec ses amis du Comité central des vingt arrondissements auquel il appartenait, il présenta, le 15 septembre 1870, les mesures d’urgence que le gouvernement de la Défense nationale aurait dû, selon les signataires, se hâter « de transformer en décrets pour le salut de la patrie et de la République ». Ces mesures intéressaient la sécurité publique, les subsistances et les logements, la défense de Paris et des départements. Voir Chassin Ch.-L. Il fut également un des signataires de l’Affiche rouge du 6 janvier 1871, proclamation au peuple de Paris pour dénoncer la « trahison » du gouvernement du 4 septembre et pour mettre en avant trois mots d’ordre : Réquisition générale, rationnement gratuit, attaque en masse. Elle se terminait par ces mots : « Place au peuple ! Place à la Commune ! » Voir Ansel.
D’après l’enquête faite à son sujet, « il aurait été fusillé aux environs de la Tour Saint-Jacques », IVe arr.
Par contumace, le 10e conseil de guerre ne l’en condamna pas moins, le 16 novembre 1872, à la déportation dans une enceinte fortifiée, et, sept ans plus tard, le 29 mai 1879, lui fit grâce. (Selon un extrait du casier judiciaire en date du 7 avril 1879, il était dit alors veuf avec un enfant).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article66970, notice MYARD Henri, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 19 mars 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/863, n° 5992. Arch. PPo., listes de contumaces.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément