NÉRON Alexandre, Alfred

Né le 20 décembre 1845 à Paris ; y demeurant ; menuisier ; communard.

Il était célibataire, père de deux enfants. Pendant le 1er Siège, il appartint au 15e bataillon de la Garde mobile de la Seine. Après l’armistice, il reprit son travail et ne le quitta que le 25 mars 1871 ; il entra alors à la 1re compagnie de marche du 261e bataillon et fut nommé sous-lieutenant quelques jours après. Le 16 avril, il partit pour Neuilly et passa 24 heures boulevard Bineau ; fin avril, il alla au fort d’Issy qu’il quitta le 8 mai. Il resta à Paris jusqu’au 22 ; sa compagnie occupa ce jour-là la barricade de la rue Clignancourt (XVIIIe arr.) ; il se retira chez lui avant qu’elle ne fût attaquée, prétendit-il ; il passa au poste de la prison Saint-Lazare la nuit du 23 au 24, puis se dirigea avec des hommes de son bataillon du côté de Belleville. N’ayant pu arriver à la barricade de la rue Rébeval (XIXe arr.), il resta chez un marchand de vins de cette rue jusqu’au 28 ; on l’arrêta ce jour-là alors qu’il se dirigeait vers Ménilmontant ; il était en civil.
On ne recueillit sur lui aucun mauvais renseignement. Il fut condamné, le 17 avril 1872, par le 9e conseil de guerre, à trois ans de prison et à cinq ans de surveillance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article67056, notice NÉRON Alexandre, Alfred, version mise en ligne le 26 juillet 2009, dernière modification le 22 mars 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/745.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément